Le Président de la FTF, le Col Akpovy : « La renaissance est possible »

Pour le nouveau Président de la Fédération Togolaise de Football (), le Colonel Guy , « la situation héritée est préoccupante… et tout est prioritaire… mais la renaissance est possible ». C’est en succinct ce qu’il a déclaré dans une interview qu’il a accordée à nos confrères de Focusinfos.net. Toutefois, il est rassurant de voir qu’il considère son héritage comme un défi à relever.

Voici en extenso, l’interview du Président de la FTF, le Colonel Guy Akpovy.

Focus Infos : Deux mois après votre élection, quels sont les chantiers que vous pensez ouvrir en priorité ? 

Le-Col-Guy-Akpovy-et-son-BE-élus

Le Colonel Guy Akpovy et les membres de sa liste élus « Nouvel élan » reçoivent les félicitations de la Commission Électorale.

Col. Guy Kossi AKPOVY : Merci pour l’occasion que vous nous offrez, de partager avec vos lecteurs, nos premiers pas à la tête de la Fédération Togolaise de Football. Vous parlez de chantiers à ouvrir.  En réalité des chantiers ont été ouverts dès le lendemain de la cérémonie de passation des charges. La situation que nous avons héritée est préoccupante et tout est prioritaire.

Sur les plans de l’administration, des finances, de l’organisation des matches de la sélection nationale A, de la relance des compétitions nationales, des compétitions de jeunes, du sponsoring, des relations avec les pouvoirs publics, des relations avec les instances internationales de football et non moins important, la réconciliation des acteurs au sein de la famille du football togolais, il y a beaucoup à faire.

Bientôt, nous présenterons devant la presse, l’état des lieux qui est préoccupant. En attendant, nous avons, conformément à notre programme, engagé des actions sur plusieurs plans.

Pour rendre plus performante l’administration de la FTF, nous scrutons rigoureusement le profil des personnes préposées aux différents postes.

Et pour le personnel en poste, nous essayons d’opérer des redéploiements de façon à optimiser les rendements de chacun des membres.

Au plan de l’organisation des 3ème et 4ème journées des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2017, nous avons apporté des réponses aux exigences de la FIFA et de la CAF en vue de garantir l’homologation du Stade de Kégué pour abriter le match retour à Lomé. Nous avons également tenu compte des doléances exprimées par les joueurs avant notre arrivée et œuvré à ramener la concorde mais aussi la discipline dans le nid des Éperviers du Togo. Vous avez-vous-même constaté les travaux au niveau du stade ainsi que l’organisation autour de la sélection nationale pour ces deux matches. Tout n’est pas encore parfait, mais nous continuerons à améliorer les préparatifs des rencontres de la sélection nationale.

En vue de bien planifier la reprise des compétitions nationales, nous avons, en attendant de réunir les conditions pour la relance des championnats de D1, D2 et D3, lancé la Coupe du 27 Avril, avec pour ambition de replonger l’ensemble du territoire dans le bain des compétitions nationales.

Nos relations avec les pouvoirs publics sont des meilleures. Nous saisissons d’ailleurs l’occasion pour remercier le Chef de l’Etat pour l’attention qu’il manifeste à l’endroit du football togolais, le Premier ministre et le Ministre des Sports, le Ministre de l’Economie et des Finances pour leurs soutiens multiformes et leur disponibilité. Tous ces concours nous permettent de restaurer l’image de marque de notre institution en vue de susciter l’intérêt des sponsors.

Notre passage à Zurich dans le cadre du Congrès de la FIFA, nous a permis d’échanger avec le président de la CAF Issa Hayatou et d’être mieux situé sur les attentes et exigences de la FIFA et de la CAF vis-à-vis de la FTF. Nous y travaillons et les relations s’améliorent.

Focus Infos :  La formation, c’est l’avenir du football dans tout pays. Quelle place lui accordez-vous dans votre projet ? 

Col. Guy Kossi AKPOVY : Notre programme baptisé « Nouvel Elan », accorde une place de choix à la formation car nous nous inscrivons dans une œuvre de refondation du football togolais. Comme le prouvent les performances de nos voisins du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Mali, du Burkina-Faso, du Sénégal, du Nigeria, j’en passe, la pérennité d’un niveau élevé de compétitivité du football national passe par la formation des jeunes joueurs ainsi que de l’encadrement technique. Dans le même temps, il ne sert à rien de former les jeunes, s’ils n’ont pas la possibilité de disputer des compétitions nationales et internationales pour assurer leur progression.

C’est pour cela que nous allons nous employer à organiser les championnats de jeunes, U17, U19 et mettre en place les sélections nationales de jeunes dans toutes les catégories. Etant donné qu’il n’y a pas de championnats de jeunes pour l’instant, beaucoup de jeunes évoluent en championnats de D1 et D2. Les sélectionneurs pourront puiser dans ces compétitions, de quoi alimenter les sélections U20 et U23 ainsi que la sélection locale. Pour ce qui concerne la catégorie U16, nous allons organiser ou soutenir des tournois au niveau des Ligues de Football pour cette catégorie. Le football féminin ne sera pas laissé pour compte.

Nous verrons davantage avec la Direction Technique Nationale, comment articuler l’organisation des championnats de jeunes, mais notre choix, y compris celui exprimé par le Président de la République, c’est de voir les compétitions de jeunes se dérouler sur l’ensemble du territoire national.

Focus Infos :  L’absence des championnats nationaux est un vrai handicap pour notre football. Pouvez-vous vous engager sur un calendrier et de nouveaux moyens pour les clubs ? 

Col. Guy Kossi AKPOVY : Le démarrage des championnats nécessite la mise en place d’un dispositif destiné à sa gestion. Pour la mise en place de certaines commissions, notamment les organes juridictionnels, nous devrions d’abord aller à un congrès pour l’élection de leurs membres. Par ailleurs, nous tirons vers la fin de la saison 2016-2017. Ne serait-il pas mieux d’attendre pour engager les championnats dans le calendrier international 2017-2018 ? En attendant, nous pourrions disputer des tournois à l’instar de la Coupe du 27 Avril, pour apprêter les clubs et les nouvelles structures en charge de l’organisation des championnats. Bref, l’option de la FTF pour la reprise des championnats sera connue très bientôt.

Les moyens que nous mettrons à la disposition des clubs, seront bien évidemment fonction de nos disponibilités financières.

Sur ce plan, une communication sera faite aux clubs le moment venu. J’en profite pour féliciter les responsables de clubs qui font beaucoup d’efforts en vue de permettre la tenue des compétitions nationales. Mais nous le savons tous, nous venons de très loin, et la situation financière à la FTF, n’est pas enviable.

Focus Infos :  Après le match nul contre la Tunisie, les Éperviers n’ont plus leur destin entre leurs mains pour la qualification à la CAN 2017. Croyez-vous encore à une qualification et quel sera votre rôle à cet effet ? 

Col. Guy Kossi AKPOVY : Notre souhait, c’était de remporter les trois points face à la Tunisie à Lomé. Mais avec le match nul, évidemment que l’équation devient difficile. L’entraîneur Tom Saintfiet connaît nos ambitions, c’est de nous qualifier pour la CAN 2017 au Gabon. Le résultat de la double confrontation contre la Tunisie ne nous assure plus une qualification, même si nous comptons jouer nos chances à fond. Nous venons de demander au sélectionneur national les rapports des matches des 25 mars à Monastir et 29 mars à Lomé. Nous tirerons après, les leçons.

Pour jouer à fond nos chances de qualification, le Comité Exécutif de la FTF entend investir tous les moyens au plan organisationnel pour mettre les joueurs dans les meilleures des conditions pour le déplacement au Libéria. Tout va se jouer sur cette rencontre et nous travaillerons sur les plans sportif et psychologique pour tirer le maximum de nos ambassadeurs à l’occasion de ce match. Nous croyons encore à la qualification et nous ne lésinerons pas sur les moyens en vue d’y parvenir.

Emmanuel-Adebayor

Le Président Guy Akpovy : « Emmanuel Adebayor est un précieux atout pour la sélection nationale et le football togolais. Il se trouve qu’il y a eu des problèmes au sein du groupe. Aujourd’hui, ces divergences sont derrière nous. »

Focus Infos :  Le manque d’organisation, d’autorité, de cohésion, les dysfonctionnements ont caractérisé pendant longtemps le fonctionnement autour des Éperviers, avec un impact négatif sur leurs résultats. Quelles dispositions avez-vous prises pour mettre fin à cette situation et peut-on estimer qu’elle est derrière nous ? 

Col. Guy Kossi AKPOVY : La discipline, c’est un tout qui doit commencer par les dirigeants eux-mêmes pour rejaillir sur l’ensemble des autres maillons de la chaîne. Nous connaissons la situation, c’est pourquoi nous avons travaillé pour assurer le maximum d’organisation pour les deux matches contre la Tunisie. Nous allons continuer par améliorer les préparatifs des matches et dans le même temps, renforcer les mesures pour garantir la discipline du groupe. Un maximum de sécurité et de conditions de concentration seront maintenues pour les regroupements des Éperviers. La gestion des supporters également entre dans le package pour assurer la discipline et la concentration des joueurs. Un règlement intérieur est en cours de rédaction avec la participation des cadres de la sélection ainsi que d’anciens internationaux.

Nous essayons d’associer les anciens internationaux à la gestion du groupe et pour ce qui concerne l’organisation des matches.

Pour la rencontre du 25 mars à Monastir, nous avons envoyé Ouadja Lantame comme éclaireur et il a fait un travail que nous avons apprécié.

Focus Infos :  Malgré qu’il soit l’un des meilleurs footballeurs togolais de tous les temps et star de l’équipe nationale, il semble qu’il y ait de plus en plus un problème Adébayor, posant la question de la cohésion au sein du groupe. Comment gérez-vous cela ? 

Col. Guy Kossi AKPOVY : Emmanuel Adébayor est un précieux atout pour la sélection nationale et le football togolais. Il se trouve qu’il y a eu des problèmes au sein du groupe. Aujourd’hui, ces divergences sont derrière nous. Je m’en félicite et je remercie les joueurs ainsi que tous ceux qui ont contribué au retour à la concorde dans le nid des Éperviers. Il n’y a pas qu’entre les joueurs que nous avons des conflits. Entre certains dirigeants aussi, ce n’est pas le grand amour. Nous travaillons à créer les conditions d’une synergie autour du football, c’est une des conditions pour restaurer l’autorité de l’instance exécutive de la FTF.

La gestion des stars est toujours un problème ici comme ailleurs. Il appartient aussi au sélectionneur national de bien jouer sa partition.

Mais comme nous ne cessons de le répéter, nul n’est indispensable et nous accordons le même intérêt à chacun des joueurs de la sélection nationale.

Focus Infos : Parlant d’avenir, le public sportif togolais peut-il rêver d’une organisation de la Coupe d’Afrique des Nations par le Togo, les prochaines années ? 

Col. Guy Kossi AKPOVY : La décision d’abriter une Coupe d’Afrique des Nations ne relève pas de la seule volonté de la FTF. Organiser une CAN est d’abord une décision politique, parce que cela a beaucoup d’implications aussi bien financières que sécuritaires sans compter les exigences en disponibilité d’infrastructures.

Je vous rappelle cependant que nous avons déjà organisé au Togo une CAN U17. En plus, il y a la possibilité d’une co-organisation. Rien n’est à exclure a priori. Mais il y a des préalables à remplir dont au minimum, la constitution d’une équipe compétitive. On n’organise pas une CAN juste pour le plaisir. Il faut s’assurer qu’au plan compétitif, on ne va pas décevoir son public.

Focus Infos : Un dernier mot à l’endroit du public sportif… 

Col. Guy Kossi AKPOVY : Je voudrais convier les amoureux du football togolais, à croire en la renaissance de notre sport roi. Mais cette renaissance ne peut être assurée que dans la cohésion et la crainte de Dieu. Nous devrions tous nous oublier un peu, au profit de l’intérêt général. Chacun a sa place, a son mot à dire dans le nouvel élan que nous comptons donner au football togolais.

Que Dieu bénisse les intentions de chacun et de tous.

Source : Focus Infos

Related Posts

Tchanilé-Bana-en-conférence-de-presse
Tchanilé Bana suspendu à vie par la FIFA clame : « Je n’ai jamais été entendu ni instruit de ce dossier »
serge-akakpo-lors-du-match-togo-mozambique-dernier
« La CAN sera très compliquée mais les Éperviers se battront pour vaincre »
Jonathan Ayité, attaquant international Togolais
Affaire Jonathan Ayité : Désolé, le S.G. Pierre Lamadokou a menti

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :