Le casting des Éperviers pour le match contre les Fennecs fait polémique

Le casting des Éperviers livré par le sélectionneur Claude Le Roy fait polémique. La presse togolaise est presque unanime à dire qu’il offre peu de chances à la sélection togolaise de sortir indemne du guêpier algérien. En effet, les Éperviers se rendront à Blida, en Algérie, le 11 juin prochain, pour défier les Fennecs lors de la première journée des éliminatoires de la CAN Cameroun 2019. Le sélectionneur de l’Équipe du Togo, Claude Le Roy, y va avec un effectif fortement remanié jugé peu compétitif pour s’imposer au haut niveau continental.

L’enjeu pour les Togolais : redevenir une des meilleures nations africaines

Éperviers en Égypte

Les 24 et 29 mars, les Éperviers du Togo, VISION 2019, ont livré deux matches amicaux en terre égyptienne. Au vu des deux matches, le chemin paraît encore long, très long pour décrocher un billet pour la phase finale de la CAN Cameroun 2019.

Le capitaine Emmanuel Adebayor et ses coéquipiers débutent la course pour la phase finale de la CAN 2019 par un rendez-vous compliqué à Blida, contre les Fennecs. La sélection algérienne a fait appel à une pléiade de joueurs qui évoluent dans de grands clubs européens. En outre, c’est une équipe qui joue bien.

L’enjeu de cette confrontation est clair pour chaque sélection : prendre les trois points précieux en jeu et maximiser le capital confiance pour la suite de la compétition. L’autre élément qui rend ce duel particulier s’origine dans la volonté des Algériens de prendre leur revanche de la CAN 2013 en Afrique du Sud. A l’époque, les Togolais avaient battu les Algériens (2-0) en match de poule. Une défaite qui avait fait jaser à Alger. Si les Fennecs peinent à jouer comme une équipe, ils demeurent néanmoins toujours dangereux. En outre, ils évolueront devant leurs supporters. C’est dire que cette confrontation ne sera pas une partie de plaisir pour les Éperviers.

Un casting discutable et discuté

L’enjeu tel que rappelé est énorme. Il l’est encore plus pour Claude Le Roy d’autant que sa mission contractuelle est de qualifier les Éperviers pour la phase finale de la CAN 2019. Un bon résultat à Blida sera un gage de sérénité, une sérénité nécessaire pour bâtir ensuite une sélection solide et compétitive. Les deux matches amicaux du Togo contre la Libye et l’Égypte lors du stage d’Alexandrie en mars dernier, ont montré des carences graves chez les Éperviers. (Lire notre article : Les Éperviers, Vision 2019, sont mal partis mais le sélectionneur Claude Le Roy risque de ne pas changer de cap.)

La logique aurait voulu que le sélectionneur puisse disposer de toutes ses meilleures cartes avant de rallier l’Algérie pour faire un bon résultat. Mais voilà, certains ténors (Serge Gakpé, Serge Akakpo et probablement Alaixys Romao et Mathieu Dossevi) ont claqué la porte de la sélection nationale. Il serait superfétatoire de revenir ici sur les raisons de leur décision. Notons tout simplement que la colonne vertébrale des Éperviers est affaiblie par ces absences volontaires.

C’est dans ce contexte que Claude Le Roy, pour la première journée des éliminatoires de la CAN 2019, a publié une liste de 23 joueurs. La plupart de ceux-ci sont des nouveaux et des locaux. Ils feront pour la majorité leur baptême de feu du haut niveau continental.

Le groupe des 23 joueurs convoqués

Nya-Vedji-Elom-recevant-le-prix-du-meilleur-buteur-du-Tournoi-des-U20,-en-avril-2017

Nya-Vedji Elom recevant le prix du meilleur buteur du Tournoi des Académies U20, (5 buts en 5 matches) en avril 2017, des mains de Stéphane Attigossou, organisateur de la compétition.

Les gardiens de but

Au poste de gardien de but une page s’est tournée. Kossi Agassa, l’indéboulonnable a pris sa retraite. Il vient fraîchement d’être nommé entraîneur des gardiens des Éperviers A. Les pressentis pour lui succéder, Baba Tchagouni et Cédric Mensah, manifestement n’ont pas convaincu l’entraîneur français. Ils ne font pas partie de la liste des convoqués. Yorgan Agblémagnon qui était déjà titulaire lors du stage d’Alexandrie en mars 2017 est de nouveau appelé. Alhassani Dida Fatao (Liberty – Ghana) et Djeri Sabirou Bassa (Gbikinti) sont préférés à Jean-Luc Délété (Agaza) et Djehani N’guissan (Dyto) pour compléter le trio des portiers.

Les défenseurs

Dans le secteur défensif, outre les habitués Dakonam Djéné, Makilbè Kouloun et Hakim Ouro-Sama, Joseph Douhadji trouve une place. Les nouvelles têtes s’appellent Kossi Adegnon (Dyto), Simon Gbégnon (Epinal – France).

Franck Mawuéna, un attaquant (Dyto de Lomé) est convoqué dans le lot des défenseurs. Un curieux choix puisque le Togo possède de très bons défenseurs de métier. Vincent Bossou, capitaine de Yanga (club champion 2017 de Tanzanie), en est un. Il n’a pas été convoqué. Pourtant, il était à la phase finale de la CAN 2017. Il faut croire qu’il n’entrait pas dans les plans de Claude Le Roy puisque, au Gabon, il n’avait pas joué une seule minute de jeu.

Les milieux et la présence de Kodjo Nya-Vedji Elom, un jeune talent mais…

En milieu de terrain Lalawéla Atakora (sans club), Floyd Ayité (Fulham), Ilhas Bebou sont présents sur la liste des 23. Franco Atchou fait son retour. Kodjo Sewonou, Guillaume Yenoussi, Kokou Gazozo et Serge Atchou Seko vont découvrir la sélection.

Mais ce qui fait polémique vraiment, c’est la convocation d’un jeune joueur encore en centre de formation, Elom Kodjo Nya-Vedji. C’est un pur joyau, cela ne fait aucun doute. Mais le jeune n’a jamais joué une compétition de niveau national. Et le voilà jeter dans la fosse aux lions.

Pour des matches des qualifications pour une phase finale de la CAN dont on connaît les exigences physiques et mentales, sélectionner un si jeune joueur sans aucune expérience du haut niveau national poserait de vrais problèmes. Et encore plus quand on sait qu’un joueur comme Womé Dové, longtemps laissé de côté mais rappelé lors des deux derniers matches amicaux de la sélection n’est pas convoqué. Mais si Elom est convoqué pour qu’il puisse vivre l’ambiance d’une sélection nationale, alors là, on ne peut que louer l’initiative du sélectionneur.

Les attaquants

Dans le compartiment offensif, le capitaine Emmanuel Adebayor sera du voyage de Blida. Après sa résurrection inattendue à la CAN 2017, il multiplie des prestations abouties avec son nouveau club, Basaksehir (Turquie). Le jeune attaquant Kodjo Fo-Doh Laba qui convainc de plus en plus et Comlan Agbégniandan, tous deux dans le groupe Éperviers à la CAN Gabon 2017, feront également partie de la délégation.

Reste l’inconnu Peniel Mlapa. Claude Le Roy avait misé en vain sur sa participation à la CAN au Gabon. Le joueur a obtenu le feu de la FIFA pour jouer pour le Togo mais il hésitait encore, il y a peu, à franchir le pas. Est-il finalement revenu à de meilleur sentiment ? La réponse lors du prochain regroupement des Éperviers en France.

Des débats passionnés et passionnels

Le groupe des Éperviers qui va jouer contre les Fennecs est privé de certains de ses meilleurs éléments. Ils sont très nombreux ceux d’entre eux qui n’ont jamais joué un match de haut niveau et de grande intensité comme celui qui s’annonce. Certes, c’est une nouvelle génération prometteuse mais elle manque d’expérience de ce type de rencontre. Les Fennecs d’Algérie sont donc favoris. Penser que les Éperviers pourraient déjouer les pronostics, rien n’est moins sûr. C’est l’opinion des observateurs et des médias à la lecture de la liste des joueurs convoqués par le sélectionneur Claude Le Roy.

Des critiques sont vives, parfois sévères. L’Equipe Sportive parle de « malaise royal ». « On note l’appel fait à plusieurs nouveaux à tous les postes », remarque www.gapola.net. Quant à togosine.com, il souligne que « c’est une sélection reconstituée à plus de 65 % comparativement à celle de la CAN 2017 qui démarre ces éliminatoires ».

La polémique fait rage. Toutefois, Claude Le Roy aura l’opportunité de montrer ce que vaut son casting lors des matches tests contre le Nigeria à Paris et les Comores à Martigues. Ce sera respectivement le 1er et le 4 juin prochains en France. Pour beaucoup d’observateurs, le sélectionneur est dans l’erreur. Mais les trois rencontres à l’agenda de juin prochain apporteront sans aucun doute la preuve du niveau réel des Éperviers de Claude Le Roy.

  • RACINE BOIS ok bis

Related Posts

Mathieu-Dossevi-Standard-Liège
Matthieu Dossevi et Éperviers du Togo, objectifs : plaisir et victoires
Éperviers-de-Claude-Le-Roy
De quel malheur le sélectionneur Claude Le Roy est-il le nom pour les Éperviers et le Togo ?
Éperviers-vs-Eagles-à-Paris-le-1er-juin-2017
Les Éperviers à Paris, c’est du leurre ! Le Nigeria écrase le Togo (3-0). La Vision 2019, c’est du pipeau

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :